Profil

Ma photo
ღღღ "La terre est notre corps. Notre esprit vient du soleil et notre pensée est une étincelle du soleil." Proverbe Amérindien. ღღღ "La joie est en tout, il faut savoir l'extraire. "(Confucius) ღღღ "Il n'y a pas de formule magique pour réussir sauf peut-être une acceptation inconditionnel de la vie, et de ce qu'elle apporte..." Arthur Rubinstein ღღღ"

Radio Arcadie

samedi 31 décembre 2016

"Souviens toi"

 

"Souviens-toi ..."


La clepsydre silencieuse de l’An touche à sa fin,
Les secondes égrainent les soirs et les matins,
Et l’Horloge mutine murmure « Souviens-toi… »,
Le Viel An s’éclipse avec ses joies et ses émois.

Nivôse piquant a déposé son baisé de givre,
L’Automne a enfin refermé  son grand livre,
Pour laisser la place au Seigneur de l’Hiver,
Venu purifier l’âme et le giron de la Terre.

Le temps semble immuable et impassible
Comme cette boite à musique où invisibles
S’élèvent les souvenirs fugaces de la danseuse,
Qui tournoie gracieuse au son d’une berceuse.

Janus regarde l’année bien lourde qui s’en va
Et accueille celle joyeuse qui vient sans embarras,
Pluviôse lavera les innumérables afflictions passées
Et sèmera l’espoir dans les plus sombres pensées.

Si le monde semble tourner fou et à l’envers,
Si tout parait parfois être le dédale de l’enfer,
Regardez la cime des arbres s’élevant sans fin
Tels des candélabres flamboyant vers le divin.

La nature ne perd jamais l’espoir et s’adapte,
Pourtant les infamies sur elle sans cesse s’abattent,
Chaque an avec force elle se régénère plus belle,
Bien que l’humain détruise elle s’impose rebelle.

Alors prenons graine et racines de ces leçons,
Soyons plus à l’écoute du chant des saisons,
Prenons soin de la Terre et de ses habitants,
Et le monde n’en sera que plus resplendissant.

La clepsydre silencieuse de l’an touche à sa fin,
Les secondes égrainent les soirs et les matins,
Et l’Horloge mutine murmure « Souviens-toi… »,
Du bonheur je vous souhaite avec amour et joie.


Bonne et heureuse Année 2017 !
Greatest Blessing 

Hélégia 31/12/2016

samedi 17 décembre 2016

La Clé de Lumière

La Clé de Lumière.


L'Automne est un vieux renard très futé,
Il a été certes en retard mais assez affûté
Pour garnir de galons d'or et de vermeil
Les grands géants des bois sous le soleil.

Perséphone espiègle siège et tend des pièges,
Elle voudrait encore danser sous les arpèges
Suaves et doucereux des sentiers de l’Été
Mais notre renard pluvieux tempête entêté.

Mais a ce jeu de cache-cache impétueux,
Goupil alangui oublie le pacte du ténébreux,
L'horloge des saisons n'est plus à l'heure,
Et Hadès s'engoue et s’engonce de rancœur.

L'Hiver est un jeune loup fier et robuste,
Revêtu de sa fringante allure de rustre,
Hadès vient réclamer son fief et sa dulcinée,
Dame Nature de givre doit se ré-enrubanner.

Loup et Renard se battent pour Perséphone,
Au grand damne de la Flore et la Faune,
La météo se fait donc mi figue mi raisin,
Entre la douceur piquante et le froid azuréen.

Perséphone finira par capituler au duel,
Elle laissera finalement son cœur rebelle,
Entre les mains du Souverain de l'Hiver,
Mais confiera au Renard la clé de lumière.

Yule enrubanné de lumière s'installe,
Et rappelle à nous cet instinct capital
qui engage à garder cette précieuse clé
Ouvrant les portes de la renaissance sacrée.

Au solstice cette clé ravivera le Soleil,
Qui dans chacun de nos cœurs sommeille,
Ce même soleil qui fait battre de passion
Le Cœur de Perséphone aux belles saisons.


Hélégia 17/12/2016

lundi 11 juillet 2016

Les Gardiens de la Terre



 Les Gardiens de la Terre

 
 https://www.helloasso.com/associations/planete-amazone/collectes/les-gardiens-de-la-terre

« All things must die and be reborn”


La ronde du temps
« All things must die and be reborn”


Toutes choses se lient aux chants des saisons,
A chaque saison son tempo et sa propre nature,
Le souffle se fait couvaison ou déclinaison,
Un équilibre circulaire aux moult écritures.


Une danse des ombres avec la lueur du jour,
Telle la goutte de rosée éphémère le matin
Qui s'attarde sur la corolle d'une belle-de-jour
Offrant à l'aurore l'éclat de l'astre solaire mutin.


La vie file fine filandière qui se faufile fière
Sous la douce brise ou la rageuse tempête,
Les voilages tissés sont d'épreuves aux mers
Ou même aux océans qui transbahute la goélette.


L’Ouroboros allegretto s'enroule et se déroule,
Certains hurlent à la chance ou la malchance,
Mais l'équilibre cosmique bien que parfois saoul
Mène chaque voile de naissance en renaissance.


Il n'y a point de pluies ou de sombres orages
Qui ne voient pas naître les pigments graduels
et célestes qui dessinent au-dessus des pâturages
la magnificence des plus beaux arcs-en-ciel.


Le temps file bon gré mal gré sur les flots,
La vieille « crone » dans son indicible sagesse veille,
Le moment venu du sable lié en lumineux halo
Elle posera sur les peaux pierres en long sommeil …




Hélégia le 11/07/2016 
 

ﻬஐTerre Sacréeஐﻬ